Essayes Moi Bordeaux

Les insectes qui croustillent – Le criquet

Et si à la place de proposer des chips et des cacahuètes à vos invités, vous les surpreniez en leur proposant ….. des insectes comestibles et croustillants ? Il parait que déjà plus d’1/3 de la planète en consomme (en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud). Pourquoi pas nous ?  Il parait que c’est bon pour la planète.

La justification que l’on peut lire habituellement est qu’il faut réduire sa consommation de viande. Jusque là je crois que l’on est tous d’accord. A la place on peut se tourner soit vers les protéines végétales (vive les lentilles) mais également vers les insectes : l’élevage d’insectes requiert proportionnellement beaucoup moins de nourriture animale que l’élevage de bovins ou de volailles.

En d’autres termes, il faut par exemple 8 à 10 kg de végétaux pour qu’un veau grossisse d’un kilogramme alors que 2 kg de végétaux sont suffisants pour obtenir un kilogramme d’insectes peut-on lire dans un article d’agro-media. Selon les estimations des chercheurs, les insectes consommeraient également peu d’eau et leur élevage n’entraîne que peu d’émissions de gaz à effet de serre. L’élevage du bétail est en effet souvent critiqué pour son impact sur le réchauffement climatique. Il contribuerait à 18 % des émissions. C’est plus que le secteur des transports.

Voilà voilà, tout ça c’est bien beau ma pauvre Lucette, mais côté culturel chez moi cela coince sérieusement, que ce soit dans la version bestiole ou dans la version farine enrichie (beurk).

Les barres à base de farine de cricket

Personnellement, ce n’est juste pas possible, cela relève de la phobie. Les lentilles oui, les insectes non.

Mais vous ? Avez vous essayé ? Qu’en pensez-vous ?

D’ailleurs, petite info épate belle mère en passant, saviez-vous que si vous mangiez des insectes vous étiez entomophage ? Merci qui ?

 

Le défenseur central brésilien Henrique a annoncé vendredi, en larmes, son départ en fin de saison de Bordeaux dont il portait les couleurs depuis 2005 pour des raisons familiales. «Même si c'est mon anniversaire, c'est un jour très difficile pour moi, a expliqué Henrique lors d'un point-presse. C'était une décision difficile, que j'ai été obligé de prendre. Je vis des moments difficiles par rapport à mes parents au Brésil, qui font que je suis obligé de rentrer chez moi. J'ai essayé de régler les problèmes pour pouvoir continuer l'aventure avec les Girondins, mais ça ne pouvait pas se faire».

Des sources brésiliennes font état de contacts entre le joueur sous-contrat jusqu'en 2015, et le club de Fluminence pour la saison prochaine. Henrique, 31 ans ce vendredi, était arrivé en Gironde en 2005 dans les bagages de son compatriote et entraîneur Ricardo. Avec le club marine et blanc, il a remporté tous les trophées français, le championnat en 2009, la Coupe de France en 2013, et deux Coupes de la Ligue en 2007, où il fût l'unique buteur de la rencontre face à Lyon, et en 2009, ainsi que deux Trophées des Champions.

«Je n'ai pas assez de mots assez forts pour les remercier»

Défenseur rugueux, le Brésilien a vu sa carrière bordelaise (158 matches en L1, 10 buts inscrits, 44 avertissements récoltés) perturbée par de nombreuses blessures, aux genoux notamment. «Je suis arrivée ici très jeune, je n'avais pas d'expérience, j'étais encore un gamin et je pars en étant un homme, a déclaré celui qui est devenu récemment capitaine des Girondins. La France m'a beaucoup apporté, à moi, ma famille, mes enfants. J'ai progressé en tant que joueur de football. C'est ici à Bordeaux que je suis devenu un joueur de football».

Enfin, il a tenu à remercier «le club bordelais et ses dirigeants» qui ont accepté de le libérer de sa dernière année de contrat sans contrepartie, et salué les supporteurs qui l'ont toujours soutenu. «Je n'ai pas assez de mots assez forts pour les remercier, a-t-il ajouté. J'ai toujours dit à mes amis, à ma famille que je ne pouvais trouver de meilleur endroit où arriver pour ma carrière, que dans un club comme Bordeaux, avec un passé, une histoire. Je suis triste de partir mais je pars la tête haute, j'ai tout accompli, gagné beaucoup de titres, c'était formidable pour moi».

La vidéo des adieux d'Henrique

Retrouvez la vidéo en intégralité en cliquant ici.

One thought on “Essayes Moi Bordeaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *